Coronavirus (COVID-19), nous continuons de vous accompagner !

La santé et la sécurité de nos clients et celles de nos collaborateurs ont toujours été notre priorité, et d’autant plus dans ce contexte de pandémie. Pour cette raison, nous avons mis en place un plan de continuité d’activité et une procédure d’intervention permettant d’agir dans des conditions sanitaires optimales (en savoir plus ici). La prise de rendez-vous devient ainsi disponible sous ces conditions.

Nous vous remercions de votre compréhension. Prenez soin de vous !

re-2020

RE 2020 : ce qui va changer pour les nouvelles constructions

Immobilier - BTP - Écrit le 9 février 2021

Depuis 40 ans, le gouvernement impose des réglementations thermiques pour la création de constructions neuves, régulièrement mises à jour. La nouvelle en date est la RE 2020 (réglementation environnementale). En quoi consiste-t-elle ? Quels sont les changements par rapport à la norme précédemment appliquée au bâti ?

Qu’est-ce que la RE 2020 ?

La réglementation environnementale 2020 sera appliquée dès l’été 2021. Véritable révolution pour le secteur du bâtiment, il s’agit d’un ensemble de normes ayant pour objectif de rendre les constructions plus respectueuses de l’environnement. Ces nouvelles règles seront appliquées selon un calendrier s’étalant jusqu’en 2030. La RE 2020 vient remplacer la RT 2012 (réglementation thermique) mise en place lors du Grenelle de l’environnement. Son objectif était de diviser par trois la consommation énergétique des nouvelles constructions en limitant de fait les consommations d’énergie liées au chauffage, à la climatisation, à l’éclairage, à la production d’eau chaude sanitaire et à la ventilation. La RE 2020 a pour objectif d’aller encore plus loin en matière d’économies énergétiques sur les bâtiments neufs et de préservation de l’environnement.

Qu’est-ce qui change par rapport à la RT2012 ?

Des logements à énergie passive ou à énergie positive

Une construction neuve RE 2020 devra au minimum produire autant d’électricité qu’elle n’en consomme. Il faudra donc prévoir une installation capable de couvrir sa propre consommation d’énergie grâce à l’utilisation de l’énergie primaire avec par exemple :

  • l’installation de panneaux solaires (plus d’informations sur l’installation de panneaux photovoltaïques ici) ;
  • un système de géothermie permettant de récupérer la chaleur (ou la fraîcheur) présente dans le sol ;
  • un poêle à granulés ou à bois.

Si le bâtiment est capable de produire davantage d’énergie qu’il n’en consomme, on parle alors de maison positive, de bâtiment à énergie positive ou basse consommation. Si elle produit l’équivalent de sa consommation, on parle de maison passive.
La RE 2020 s’appuie sur le déploiement des énergies renouvelables et sur l’efficacité énergétique. Une des mesures phares de cette nouvelle réglementation est l’abolition du gaz dans les nouvelles constructions à l’horizon 2024 et dès l’entrée en vigueur de la loi pour une maison individuelle.

L’empreinte carbone

Autre mesure phare, la prise en compte de l’empreinte carbone des matériaux utilisés pour la construction des bâtiments. La nouvelle réglementation oblige à privilégier des matériaux biosourcés comme le bois, le liège, le chanvre à la place du béton et de l’acier qui devront être abandonnés. Le poids des émissions de carbone des bâtiments devra progressivement diminuer.

L’amélioration du confort thermique en été

La nouvelle RE 2020 met l’accent sur l’importance du confort durant la saison estivale. L’augmentation des températures liée au dérèglement climatique impose de réfléchir à une nouvelle conception des bâtiments permettant un rafraîchissement de la température intérieure. L’objectif de la RE 2020 est d’assurer un maximum de confort aux occupants d’un logement durant les épisodes de canicule. Ce critère devra toutefois être mis en œuvre en limitant le recours à la climatisation, équipement technique reconnu pour être particulièrement polluant. Parmi les pistes de réflexion qui permettent le refroidissement de l’air intérieur, on retrouve :

  • l’augmentation de la végétation à proximité ou même sur les bâtiments ;
  • le recours à la ventilation naturelle ;
  • l’installation de pergolas pour limiter l’exposition directe au soleil des façades ;
  • la limitation des ponts thermiques ;

….

L’accroissement du confort l’été pour les personnes vivant dans un bâtiment basse consommation doit permettre la préservation de la qualité de l’air intérieur.

Quel sera l’impact de la RE 2020 sur le coût d’une construction ?

Il est difficile de prédire combien représentera le coût de la mise en place de la RE 2020. La conception de ces bâtiments sera plus onéreuse puisqu’elle demandera une véritable réflexion en matière de :

  • production d’énergie ;
  • consommation ;
  • matériaux à privilégier ou non ;
  • performance énergétique ;
  • isolation thermique, d’étanchéité à l’air en diminuant la perméabilité du bâtiment neuf grâce à une étude thermique poussée ;
  • limitation des déperditions ;
  • etc.

La forte incitation au recours aux énergies renouvelables peut également entraîner un surcoût au moment de la construction. Toutefois, le choix de matériaux biosourcés peut permettre des économies. Enfin, il ne faut pas oublier que sur le long terme, la haute performance de ce type de construction produisant une énergie renouvelable permet de faire des économies d’énergie. Mais en attendant l’application de la RE 2020, il est possible de diminuer le montant de vos factures d’électricité en appliquant des gestes simples ou en changeant de fournisseur d’électricité ou de gaz en passant par ce site par exemple.